Si vous ne parvenez pas à visualiser correctement ce message, cliquez ici


Les Musées de Marseille présentent

Blaine au [mac] : un Tri

7 mai > 20 septembre 2009
Vernissage le mercredi 6 mai 2009 à 18h30


Communication ET relations avec la presse
> voyage de presse

Un voyage de presse sera organisé du 5 au 7 mai 2009 à l’occasion du vernissage.
La visite privée pour la presse se tiendra le mercredi 6 mai à 11h.



Pour toutes informations concernant l’exposition ou pour vous inscrire au voyage de presse, nous vous remercions de prendre contact par email ou téléphone avec :


> OBSERVATOIRE DE L’ART CONTEMPORAIN > Nina Rodrigues-Ely
> nina.re@observatoire-art-contemporain.com
> 24 rue des Tournelles 75004 Paris
> Téléphone +33(0)1 42 77 16 07 > Mobile +33(0)6 64 51 45 54



informationS PRATIQUES

> [mac] musée d’art contemporain de Marseille
> 69, avenue d’Haïfa 13008 Marseille
> Métro Rond-Point du Prado, puis bus 23, 45 > Vélo > station Haïfa
> Accès handicapés
> Téléphone +33(0)4 91 25 01 07 > Fax +33(0)4 91 72 17 27
> dgac-mac@mairie-marseille.fr
> ouvert du mardi au dimanche inclus de 11h à 18 h



Les Musées de Marseille ont le plaisir d’accueillir au [mac] du 7 mai au 20 septembre 2009, une exposition événement de Julien Blaine qui retrace pour la première fois son itinéraire poétique à travers ses œuvres plastiques les plus marquantes.


Julien Blaine : L’ÉCRIT, LE CRI

Poète, performeur, artiste, militant, Julien Blaine développe depuis les années 60 une pratique polymorphe et transversale qui le situe autant dans les champs de la poésie que des arts visuels. Dans le sillage des avant-gardes historiques (Marinetti, Dada, Surréalistes…) qui ont fait « sortir la poésie de la page d’écriture pour la crier au monde », Blaine catapulte la langue en expérimentations visuelles, sonores, corporelles. Inscrit dans l’histoire de la poésie contemporaine, Poésie Concrète, Poésie Visuelle, Poésie Sonore, proche des poètes du Grupo 63 qui rayonna en Italie et ouvrit la voie à l’Arte Povera, il écrit et revendique une Poésie Élémentaire, une Poésie d’action. Signes, mots, calligraphies, phrases déconstruites, livres, images, icônes, sons, couleurs, actions, gestuelles, voix, corps sont autant de matières poétiques et plastiques ouvrant vers des espaces de liberté. Il invente une anthropologie poétique, une approche intuitive de l’origine du langage sonore et visuel. Dans ses performances – Poèmes en chair & en os et à cor & à cri – il met en jeu le volume sonore de son corps, la scène, l’espace. Il explore avec une énergie vitale les limites de l’être, une primitivité primordiale. En 2004, après une tournée en France, à la Réunion, en Europe, aux États-Unis intitulée Bye, bye la perf., il décide d’abandonner la pratique de la performance au profit d’installa©tions et de déclara©tions car dit-il, « La vieillesse est déjà une performance. (…) Mon corps n’est plus à la mesure de mes ambitions ». Dorénavant « le texte, lui, sera à poil et au poil ».


D’incessants aller/retour

Artiste nomade, en mouvement perpétuel, Julien Blaine parcourt la planète dans d’« incessants aller/retour ». Il sillonne tous les continents, pays nantis, contrées démunies. Il rapporte des butins, objets, saveurs, espaces, odeurs, sensations, rituels, expériences, rencontres, langues oubliées qui viennent nourrir ses actions - installa©tions. Il avale le monde pour le mettre au monde. Son parcours géographique entrecroise le parcours poétique. Il tisse un vaste réseau d’échanges et de diffusions autant poétiques que politiques en entretenant des liens étroits avec poètes, artistes et militants engagés notamment dans les Blacks Panthers ou dans le Mouvement des Indiens d’Amérique. Depuis les années 60, il a créé des revues expérimentales telle que DOC(K)S (1973), participé à la fondation du journal Libération (1968), initié de nombreux festivals de Poésie, organisé des expositions pour ne citer que Poésure et Peintrie (Musées de Marseille en 1993), œuvré pour la Culture à Marseille, milité infatigablement contre l’arbitraire avec les armes du poète.


Un TRI, un CRI

L’exposition met en évidence pour la première fois la dimension plastique du travail de Julien Blaine. Elle présente un ensemble d’installa©tions, de photographies, de peintures, de vidéos issues de performances qu’il nomme « résidus » ou « poèmes en 3D » : Les pendus (résidus et oripeaux de mes performances défuntes de 1962 à 2006) ; les Ch’i (Collection Berardelli, Brescia) expression picturale de sa recherche sur l’énergie du souffle ; Simulacre d’un massacre, 1985 (Collection Adriano Parise, Vérone) se fait l’écho d’un fait divers, le meurtre sauvage de 7 personnes dans un hôtel, pendant le festival d’Avignon, par un gangster : Jean Roussel. L’artiste crée un dispositif troublant de reproductions en grande dimension d’articles et photos de presse d’époque ainsi qu’un appareillage macabre et réalise une performance proche d’un rituel d’exorcisme.

L’exposition met aussi en lumière des œuvres historiques et emblématiques comme Reps éléphants 306, la transcription de sa première performance en 1962 où il interviewe les éléphants d’un cirque, métaphore de l’invention du langage ; la projection en grand écran de Chute ! Chut !, performance où il se jette du grand escalier de la gare Saint-Charles à Marseille, dégringole le long des marches, et à terre, s’adresse à la caméra, un doigt sur sa bouche avec cet ultime mot « chut ! » ; les premiers textes à la bombe de 1964, 24 testi a la bomba (Collection Carlo Severi, Paris); un ensemble de dessins originaux des 1347 Poëmes Métaphysiques, mise en abîme de la notion même du langage.
Une traversée dans les publications éditées par ou pour Blaine à partir de 1962 révèle quelques pépites : sa première revue Les Carnets de l’Octéor (1962-63), le journal underground Géranonymo (1970-75), le livre-tract Manifeste de Mai sous forme d’idéogrammes (1968)…

L’exposition est conçue comme un voyage à la source du langage au cours duquel le poète réanime des civilisations animistes et des langues oubliées : Il giro del mondo (Collection Adriano Parise, Vérone), installation présentée en 1997 au Tipi du Centre Georges Pompidou, est un jeu de l’oie à échelle humaine sur le nomadisme, La Pythie, 2001 (Collection Peter Tribus, Merano, Italie) ; Les galets du mas d’Azil, 2007…

Une photographie intitulée Hommage à Giordano Bruno, représentant un homme à tête d’âne, évoque le philosophe et poète du XVIe siècle mort brulé sur le bûcher de l’inquisition pour sa résistance au dogme et l’intuition géniale de la pluralité des univers. Cette résistance, Julien Blaine la perpétue non sans humour dans Le balayeur de Bush, 2002 : cette installation dénonce la barbarie des dogmes politiques et religieux qui polluent l’essence de l’être, la beauté naturelle du monde.
L’homme à tête d’âne dont l’image constitue le carton d’invitation nous invite à parcourir l’exposition en ayant toujours à l’esprit les paroles de Giordano Bruno : « Le savoir, c’est ignorer ».


Blaine in vivo sera présent tous les après-midi aux heures d’ouvertures du [mac] pour réactiver certaines de ses installa©tions et déclara©tions.


Catalogue de l’exposition

Blaine au [mac] : un Tri / Éditions Al Dante / Préface d’Achille Bonito Oliva / Textes : Enrico Mascelloni, Henri Ronse / Entretien avec Laurent Cauwet & Fabienne Létang / Interventions : Arnaud Labelle-Rojoux, Philippe Boisnard, Alain Frontier, Xavier Girard, Patrick Javault, Arturo Schwartz / Catalogue trilingue : Français, Anglais, Italien / 21 x 28 cm / 272 pages / 39 euros.





Reps 306

Reps 306, 1962
photographie Henri Ely


Chute, Chut !

Chute, Chut !, 1982
photographie Jean-François Bory


Simulacre de massacre

Simulacre de massacre, 1985
photographie Jacques Donguy


La Pythie

La Pythie, 1997
photographie Fabienne Letang


Hommage à Giordano Bruno

Hommage à Giordano Bruno, 2005
photographie Fabrizio Garghetti


Faire la bombe

Faire la bombe, 2007
photographie Joan Casellas




Le programme

LE DIT DES DIX (10) :

Dimanche 10 mai : Ma Desheng
Mercredi 10 juin : Hortense Gauthier – Philippe Boisnard
Vendredi 10 juillet : John Giorno
10 & 10 = Jeudi 20 août : Jean-Jacques Lebel
Jeudi 10 septembre : Joachim Montessuis


+ tous les jours,
l’artiste en chaire pour diverses déclara©tions, des monstra©tions, des discussions sur ses installa©tions et des explica©tions sur l’abandon de ses poëmes en chair et en os (à cor et à cri) : ses performances.


+ des invitations à ses amis et artistes de passage à Marseille...








sites consultables :

http://www.documentsdartistes.org/blaine
http://fr.wikipedia.org/wiki/Julien_Blaine
http://www.averse.com/j-blaine


REMERCIEMENTS

Remerciements aux prêteurs et collectionneurs :
- Paolo Berardelli
- Luigi Bonotto
- Frances Conz
- Paolo della Grazia
- Juliette Hini
- Marie-Christine Pailhas
- Carlo Palli
- Adriano Parise
- Robert Ragir
- Suzette et Rudy Ricciotti
- Carlo Severi
- Giuseppe Tampalini
- Peter Tribus
et :
- Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur
- Conseil général des Bouches-du-Rhône
- Commune de Ventabren
- Marseille Provence 2013 Capitale Européenne de la Culture
- Festival de Marseille
- King Baudoin Foundation United States

- Caza d’Oro
- Fabbrica Sarenco
- Bik et Book
- Galerie Jean-François Meyer
- Galerie Espace à Vendre
- Galerie Le Cabinet




Communication et relations avec la presse
OBSERVATOIRE DE L’ART CONTEMPORAIN > Nina Rodrigues-Ely
> nina.re@observatoire-art-contemporain.com
24 rue des Tournelles 75004 Paris > Tél. : +33(0)1.42.77.16.07 > +33(0)6.64.51.45.54

Si vous ne souhaitez plus recevoir d'e-mails de notre part,
ou si votre adresse e-mail a changé, cliquez ici.

© JULIEN BLAINE. Tous droits réservés.